Rythmes scolaires

rythmes scolaires : la ville donne la parole aux lyonnais

Lors du conseil municipal du 25 septembre, Georges Képénékian, Maire de Lyon, a présenté le choix de la Ville de lancer une large consultation afin de recueillir les avis des Lyonnais et de construire ensemble l’organisation des temps de l’enfant pour la rentrée 2018.

Objectif : améliorer le bien-être des 38 000 élèves par une prise en charge qualitative et cohérente pour favoriser leurs apprentissages et prendre en compte les besoins des familles.

«  Nous nous étions engagés pour cette rentrée à maintenir l’organisation actuelle dans un souci de stabilité et de lisibilité de l’offre pour les familles, les enfants et les équipes éducatives. Désormais nous devons préparer l’avenir, pour proposer un projet cohérent qui devra s’inscrire dans la durée. Il s’agit d’un véritable défi, car il faudra trouver l’équilibre entre des attentes et des intérêts divers, voire divergents et/ou contradictoires, dans un contexte budgétaire contraint. Je souhaite que les choix que nous aurons à faire puissent être prioritairement tournés vers la qualité de la prise en charge des enfants et dénués de tout dogmatisme », a expliqué Georges Képénékian.

Guy Corazzol, Adjoint à l’éducation, à la vie étudiante, à la réussite et à la promotion universitaire, a quant à lui rappelé que « la politique éducative de Lyon est basée sur le droit à l’éducation pour tous, l’équité, la lutte contre les discriminations et les inégalités territoriales, la cohérence éducative et la place des parents. Tout cela doit rester le socle de notre réflexion ». Il a ensuite détaillé la démarche proposée par la Ville de Lyon, dont le résultat devra être présenté au début de l’année 2018, afin de donner la plus grande visibilité aux familles, aux partenaires et à l’ensemble de la communauté éducative.

Après trois années d’une organisation basée sur 4 jours et demi de cours, un après-midi du vendredi dédié à des activités périscolaires et une pause méridienne de qualité, la Ville est à même de connaître les bénéfices de cet emploi du temps mais également ses limites et ses axes d’amélioration. Elle se fonde pour cela sur des évaluations et des enquêtes menées auprès de tous les acteurs concernés.

Aujourd’hui, cela permet de dégager trois grands sujets qui seront soumis à la réflexion des Lyonnais :

  • L’organisation et les besoin des familles (les horaires et l’organisation de la semaine, les garderies et les études, la tarification) ;
  • L’offre périscolaire (son contenu, ses horaires, sa tarification) ;
  • Les maternelles (leurs besoins spécifiques nécessitent une attention particulière).

Pour discuter de ces thèmes et faire émerger des propositions, la Ville de Lyon a opté pour une concertation dynamique et innovante à plusieurs niveaux :

  • Une consultation numérique accessible à tous (parents d’élève, élèves, enseignants, associations…) sur une plateforme en ligne dédiée. Il s’agira d’un espace de discussion ouvert et interactif permettant de recueillir les avis et les idées de tous ceux qui se sentent concernés par le sujet. Différents thèmes seront abordés successivement au fil de la consultation ;
  • Des réunions publiques dans tous les arrondissements, qui permettront des échanges directs pour compléter et enrichir la consultation numérique ;
  • Des rencontres avec les acteurs de la communauté éducative. Guy Corazzol échangera avec les associations et fédération de parents élève, les collectifs de directeurs d’école, les représentants syndicaux, le personnel de la Ville intervenant dans les écoles, les représentants d’associations Education populaire et également l’ensemble des groupes politiques et maires d’arrondissement…. Car la Ville tient à maintenir une approche partenariale pour élaborer son projet ;
  • Une étude auprès des enfants pour recueillir leurs paroles (un cabinet spécialisé sera en charge de cet aspect).

Le calendrier prévisionnel :

  • La consultation numérique débutera la semaine du 9 octobre et se terminera mi-décembre (soit environ 10 semaines).
  • Les premières réunions publiques se tiendront à partir de la semaine du 16 octobre.
  • Les conseils d’école seront sollicités à l’issue de la phase de consultation globale, soit en fin d’année 2017 ou à la reprise des cours début janvier 2018.
  • L’objectif est une prise de décision en début d’année 2018 pour pouvoir organiser de manière sereine et efficace la rentrée prochaine.

Pitch ta boîte

Jusqu’au 22 octobre 2017
« Pitch ta boîte » : le concours vidéo des nouveaux entrepreneurs
La CCI LYON METROPOLE Saint-Etienne Roanne invite les entrepreneurs à participer à la 4e édition du concours « Pitch ta boîte ».
Objectif: raconter son projet d’entreprise dans une vidéo d’environ 1mn30 et la poster sur le site www.pitch-ta-boite.fr.
Les lauréats du concours seront dévoilés le 8 novembre lors du Forum de l’Entrepreneuriat organisé à la CCI, Place de la Bourse.

    
Avec 17 137 nouvelles entreprises créées en 2016, la métropole de Lyon enregistre une hausse record de ses créations. Par rapport à 2015, le nombre de créations a progressé de 11%, soit 1 750 créations supplémentaires en un an.
Pour continuer d’insuffler l’esprit d’entreprendre en région lyonnaise, la CCI LYON METROPOLE a imaginé un concours permettant aux entrepreneurs de révéler leur talent sur la toile.
Un projet, un pitch et c’est dans la boîte !
Le concours « Pitch ta boîte » est ouvert à tous les créateurs d’entreprises, repreneurs et jeunes entreprises de moins de 3 ans dans les secteurs du commerce, des services ou de l’industrie sur le territoire de la région lyonnaise.
Les entrepreneurs sont invités à mettre à l’honneur leur projet d’entreprise dans une vidéo d’environ 1mn30 et dans un style complètement libre.
Cette vidéo devra être postée sur le site www.pitch-ta-boite.fr avant le 22 octobre 2017. Cette année, 2 possibilités de gagner :
 En se distinguant auprès du jury,
 En activant son réseau, via des votes du 24 au 31 octobre.
Les lauréats dévoilés lors du Forum de l’Entrepreneuriat
La soirée de remise des prix se déroulera le 8 novembre lors du Forum de l’Entrepreneuriat, organisé au Palais de la Bourse de Lyon.
7 lauréats seront distingués :
 Le jury, composé des partenaires du concours et du président de la CCI LYON METROPOLE, sélectionnera 6 vidéos dont le « Pitch vainqueur 2017 »
Le coup de cœur du public récompensera quant à lui la vidéo ayant suscité le plus de votes.
A la clé, 10 000€ de lots à remporter : 2 000 € cash pour le « Pitch vainqueur 2017 » et de la visibilité, de l’accompagnement, de la formation et une vidéo de communication pour les autres gagnants.

SNCF/Région

LE 5 SEPTEMBRE 2017
UNE RENTRÉE FACILITÉE AVEC TER ILLICO : 3 OFFRES JEUNES POUR VOYAGER À PETITS PRIX
Pour une rentrée réussie, la Région Auvergne-Rhône-Alpes et SNCF mettent à disposition des voyageurs âgés de 18 à 26 ans 3 offres sur-mesure : TER illico LIBERTÉ JEUNES, TER illico MENSUEL JEUNES et TER illico HEBDO JEUNES. Ces abonnements et carte sont valables sur la région Auvergne-Rhône-Alpes et s’étendent à quelques départements limitrophes.
LA CARTE TER ILLICO LIBERTÉ JEUNES POUR LES VOYAGEURS OCCASIONNELS DE MOINS DE 26 ANS
La carte de réduction TER illico LIBERTÉ JEUNES permet de voyager avec 50 % de réduction. Le week-end et les jours fériés, le détenteur de la carte peut partager cet avantage avec 3 accompagnateurs de son choix grâce aux billets accompagnants. La carte coûte 15 €/an, elle est disponible en gare et sur le site SNCF TER Auvergne-Rhône-Alpes.
Exemples de prix* :
•    –  Lyon > Saint-Etienne : 5,90 € au lieu de 11,70 €
•    –  Clermont-Ferrand > Vichy : 5,60 € au lieu de 11,10 €
•    –  Lyon > Clermont-Ferrand : 18 € au lieu de 36 €

L’ABONNEMENT TER ILLICO MENSUEL JEUNES POUR LES VOYAGEURS FRÉQUENTS, ÉTUDIANTS POST-BAC OU APPRENTIS DE 18 À MOINS DE 26 ANS.

Le détenteur d’un abonnement TER illico MENSUEL JEUNES bénéficie d’un mois de voyages illimités sur le parcours TER de son choix (dans la région et certains départements limitrophes). Il profite également de 75 % de réduction sur les autres trajets TER en Auvergne-Rhône-Alpes ainsi qu’à destination de Mâcon et Genève. Un avantage qu’il peut partager le week-end et les jours fériés avec 3 accompagnateurs grâce aux billets accompagnants. L’abonnement est éligible à la prime transport offrant aux salariés des entreprises adhérentes une prise en charge de 50 % des coûts engagés.
Exemples de prix* :
•    –  Lyon > Valence : 124,80 €
•    –  Lyon > Saint-Etienne : 103,30 €
•    –  Clermont-Ferrand > Riom : 35,10 €

L’ABONNEMENT TER ILLICO HEBDO JEUNES POUR LES VOYAGEURS FRÉQUENTS, ÉTUDIANTS POST-BAC OU APPRENTIS DE 18 À MOINS DE 26 ANS
L’abonnement TER illico HEBDO JEUNES permet à son détenteur de bénéficier de 7 jours de voyages illimités sur le parcours TER de son choix sur la région ou à destination de Mâcon et Genève.
Exemples de prix* :
•    –  Lyon > Vienne : 18,10 €
•    –  Clermont-Ferrand > Vichy : 28,20 €
*Calculés sur la base d’un aller simple tarif normal

Kayak

Lyon Kayak – 23 et 24 septembre 2017

Des médaillés olympiques et plus de 2000 participants attendus sur la Saône entre Rochetaillée-sur-Saône et Confluence
Kayaks, Canoës, Stand up paddle, Pirogues, Aviron, tout ce qui se propulse à la pagaie et à a rame se réunit à Lyon pour une grande fête sur l’eau.
Lyon Kayak revient avec toujours plus de participants attendus et la présence exceptionnelle de champions, notamment le vice-champion olympique Maxime Beaumont et la finaliste Olympique Sarah Guyot et plusieurs membres des équipes de France.
Derrière les champions ils seront des centaines à s’élancer pour une épreuve ouverte
à tous. Lyon Kayak c’est avant tout une grande fête sur l’eau. En effet, l’organisation a toujours à cœur de proposer au plus grand nombre de participer à l’épreuve et met en place un dispositif adapté : inscriptions en ligne, location de canoës très stables, navettes en transports en commun, parcours plus facile. Tout est fait pour que chacun puisse s’aligner le 24 septembre aux côté des champions de la pagaie au départ à Rochetaillée sur Saône.

>>
Infos et inscriptions : www.lyonkayak.com
p.1/3

Comment ça marche ?
 Pour Lyon Kayak, on se retrouve en famille ou entre amis pour cette descente insolite qui permet de découvrir Lyon sous un angle nouveau. Après avoir réservé un canoë biplace sur le site web, (la course est bien sûr ouverte à ceux qui viennent avec leur propre bateau), les participants montent au départ en navettes collectives. Arrivés à Rochetaillée sur Saône, on leur distribue le matériel, canoës, pagaies, gilets de sauvetage, et ils attendent le grand départ à 11h30 au son du DJ et de l’ambiance musicale.
C’est alors parti pour une descente inoubliable, où s’enchainent les paysages des pieds des monts d’or, puis l’Ile Barbe, le quartier de l’industrie, avant d’entrer dans le vieux Lyon.
Les plus sportifs et adeptes du chrono opteront eux pour le 21 km,, un parcours plus
« copieux », qui reprend le parcours Découverte depuis Rochetaillée mais qui les amènera à descendre la Saône jusqu’au Confluent puis de remonter le Rhône jusqu’au niveau de la passerelle Raymond Barre en passant devant le Musée des Confluences avant de refaire demi-tour et de retourner à la Place Nautique sur la Saône. (Ce parcours Sportif est réservé à ceux qui possèdent leur propre bateau et qui participent à la formule « Chrono »).
A noter que l’aviron sera aussi de la partie, avec une douzaine de bateau-randonnée à huit et à quatre représentant les principaux clubs lyonnais.

challenge handisport

Le Canoë-Kayak est un des sports les plus adaptés aux personnes à mobilité réduite. La discipline Para-Canoe vient de faire son entrée au programme des Jeux Paralympiques de Rio 2016 et la LyonKayak propose l’organisation d’un challenge spécifique. Une vingtaine d’athlètes participent à ce challenge en mono ou biplace, avec notamment a récente championne de France Manon Doyelle, membre du club organisateur Canoe Kayak Lyon Oullins La Mulatiere.
Des animations tout le week-end
LyonKayak, ce sera aussi des animations, baptêmes gratuits et initiations Kayak et Stand up Paddle pour les enfants le samedi 23 septembre en après-midi, sur le site de Confluences.
Egalement le samedi 23 ne pas rater le challenge en Dragon-boat (grands canoës traditionnels asiatiques) et des courses sprint « à l’australienne avec les nombreux champions des équipes de France.
Enfin, Lyon Kayak est aussi un événement éco-citoyen et solidaire, avec notamment la présence de l’association Laurette Fugain qui soutient les malades atteints de leucémie, et qui fête cette année ses 15 ans d’existence.

Lévothyrox

Remettre dans l’ordre les paragraphes de cette dépêche AFP du vendredi 15 septembre 2017.

L' »ancien » Lévothyrox bientôt de retour en pharmacie

A. Trois millions de patients prennent ce médicament en France (premier marché mondial) pour soigner l’hypothyroïdie ou après une opération de cancer de la thyroïde, organe essentiel qui régule de nombreuses fonctions du métabolisme.

B. Une pétition réclame le retour à l’ancienne formule et des dizaines de plaintes ont été ou doivent être déposées au parquet de Paris, dont celle de l’actrice Anny Duperey.

C. L’ANSM avait réclamé une nouvelle formule du Levothyrox à Merck dès 2012 afin, selon elle, de rendre le produit plus stable. La teneur en lévothyroxine, le principe actif, pouvait en effet varier d’un lot à l’autre, voire au sein du même lot avec le temps.

D. La ministre a aussi souligné que « l’ancien Levothyrox devrait normalement disparaître puisque le laboratoire (allemand Merck, ndlr) ne devrait plus le produire dans les années qui viennent ». Un seul produit de substitution au Levothyrox appelé L-Thyroxine et se présentant sous forme de gouttes existe pour le moment en France.

E. La France est le premier pays où cette nouvelle formule a été introduite mais, selon le laboratoire, des procédures d’homologation sont en cours ailleurs. Une enquête de pharmacovigilance a été lancée par l’ANSM qui doit rendre publiques ses conclusions en octobre.

F. Face à la colère de patients victimes d’effets secondaires de la nouvelle formule du Levothyrox, la ministre de la Santé Agnès Buzyn et le laboratoire allemand Merck ont assuré vendredi que l’ancienne version de ce médicament soignant les dérèglements de la thyroïde serait à nouveau disponible d’ici « 15 jours ».

G. Selon Chantal L’Hoir, son association « reçoit en moyenne mille dossiers de plaignants par jour en ce moment ». Une femme se plaignant d’effets secondaires de la nouvelle formule a engagé une procédure de contentieux visant le ministère de la Santé et l’Agence du médicament (ANSM), a-t-on appris auprès du tribunal administratif de Montpellier.

H. Selon son ministère, plus de 9.000 personnes ont signalé des effets indésirables – crampes, maux de tête, vertiges, perte de cheveux – attribués à la nouvelle formule du Levothyrox commercialisée depuis fin mars.

I. « Nous avons fait en sorte (…) que l’ancien Levothyrox soit accessible de façon à ce que ceux qui le réclament puissent le prendre, et ce sera disponible en quinze jours », a déclaré sur France Inter Agnès Buzyn, qui a récemment reçu les associations de malades et Anny Duperey. Et dans « un mois », les patient pourront aussi trouver en pharmacie des « alternatives, c’est-à-dire d’autres marques, d’autres médicaments », a-t-elle précisé.

J. « C’est un premier pas », a réagi auprès de l’AFP Chantal L’Hoir, présidente-fondatrice de l’Association française des malades de la thyroïde (AFMT), qui tient son assemblée générale samedi à Bordeaux.

K. Les nouvelles plaintes qui doivent être déposées par des patients reposent sur quatre motifs: « non-assistance à personne en danger, mise en danger de la vie d’autrui, atteinte à l’intégrité de la personne et tromperie sur les qualités substantielles du médicament aggravée par une atteinte à la santé », avait dit jeudi Me Bertella-Geffroy, ex-juge du pôle santé publique de Paris et conseil de l’AFMT.

L. Mme Buzyn avait rappelé lundi que « beaucoup des effets secondaires étaient liés à des difficultés à redoser correctement le Levothyrox », mais qu’ils « s’estompaient quand on arrive à bien doser le traitement ». Dans le jargon médical, le Levothyrox est un médicament « à marge thérapeutique étroite »: l’écart entre la dose efficace et la dose néfaste est faible.

M. Mais le retour à l’ancienne formule ne pourra se faire « que sur prescription médicale » et « ne pourra être proposée avec la même variété de dosage que l’actuelle formule », a dit à l’AFP Thierry Hulot, le patron des activités biopharmaceutiques de Merck Serono en France. « Il y a également une incertitude sur la possibilité d’étiqueter en français l’ancienne formule », selon lui.

N. La ministre, répondant ainsi à la demande de nombreux patients, a aussi affirmé que des alternatives à ce médicament seraient disponibles « dans un mois » et que les patients pourront ainsi choisir ce « qui leur convient le mieux ».

PMA

Remettre les paragraphes de cette dépêche AFP du vendredi 15 septembre 2017 dans l’ordre.

A

Les 22èmes Journées de la Fédération Française d’Etude de la Reproduction a réuni de mercredi à vendredi à Tours plus de 600 experts (gynécologues, biologistes, endocrinologues, urologues, andrologues et chercheurs) pour échanger sur les dernières avancées et les meilleures pratiques.

B

Selon le professeur Belge André Van Steirteghem qui codirigeait le Centre de médecine de la reproduction de l’Université libre de Bruxelles, où a été inventée la technique de fécondation assistée, la microinjection de spermatozoïdes (communément appelée ICSI, en anglais Intracytoplasmic Sperm Injection), l’ouverture de la PMA en France à toutes les femmes est « une heureuse nouvelle ».

C

Pour le professeur Guérif qui co-préside la journée et praticien au CHU Bretonneau de Tours dans le service Biologie et médecine du développement et de la reproduction, gynécologie médicale, « il s’agit d’un progrès si les femmes célibataires et lesbiennes ont droit à la procréation médicalement assistée, mais nous risquons la pénurie de dons de gamètes (gratuits et anonymes en France) ».

D

Avec l’ouverture à toutes les femmes de la procréation médicalement assistée (PMA), la France risque d’être confrontée à « une pénurie de dons de sperme », a estimé le professeur Fabrice Guérif, à l’occasion de la 22e Journée de la Fédération Française d’Etude de la Reproduction qui se déroule à Tours.

E

« Le fait d’être autre qu’hétérosexuelle doit être accepté. A Bruxelles, depuis le début des années 1980, nous avons pratiqué l’insémination artificielle avec spermes de donneurs. Aujourd’hui, des femmes lesbiennes viennent encore en grand nombre de France », a-t-il relevé. Cependant « En Belgique, nous n’avons jamais eu de pénurie de don de gamètes », a-t-il remarqué.

F

La secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa a annoncé mardi que l’accès à la PMA, actuellement réservé au traitement de l’infertilité chez les couples hétérosexuels, sera étendue aux femmes célibataires et aux couples lesbiens « probablement » en 2018 « avec les révisions de la loi bioéthique ».

G

Dans le cadre restreint actuel, « 3.000 couples seraient en attente. Rien qu’à Tours, un couple hétérosexuel doit attendre de 12 à 15 mois en moyenne pour bénéficier d’un don de sperme », a souligné le praticien. Cela peut remettre en cause le principe de la gratuité du traitement, selon des experts présents à Tours, qui relèvent que le coût, en Espagne, d’une insémination artificielle est estimé entre 800 et 1.500 euros.