POLOGNE – textes et légendes

Manifestations contre l’avortement : 3 articles et les légendes des photos

Pologne : des manifestants contre l’interdiction quasi totale de l’avortement bloquent plusieurs villes

La Cour constitutionnelle de Varsovie a voté la quasi-interdiction du droit des femmes à l’IVG. Depuis cinq jours, les manifestations se poursuivent dans tout le pays.

Le Monde avec AFP Publié le 26 octobre 2020 à 22h44

Pour la cinquième journée consécutive, des milliers de manifestants ont bloqué lundi 26 octobre le centre de plusieurs villes en Pologne, pour protester contre une interdiction quasi totale de l’avortement. A Varsovie, les manifestants, pour la plupart des jeunes femmes, ont bloqué plusieurs carrefours du centre-ville, paralysant le trafic. Les manifestantes brandissaient des pancartes sur lesquelles étaient inscrits des slogans tels que « l’Enfer des femmes », « Vous avez du sang sur les mains », « Nous voulons avoir le choix », ou « C’est la guerre ! »

Des manifestations semblables se sont déroulées également dans plusieurs autres villes en réaction à la décision jeudi du Tribunal constitutionnel polonais de proscrire l’IVG en cas de malformation grave du fœtus, parce que cela serait « incompatible » avec la Constitution. Le jugement, conforme au souhait du parti ultracatholique nationaliste au pouvoir, Droit et justice (PiS), restreint le droit à l’avortement aux seuls cas de danger de mort pour la femme enceinte et de grossesses résultant d’un viol ou d’un inceste.

Deux cent mille procédures illégales chaque année

L’argument majeur des opposants au jugement est que cette quasi-interdiction met la vie des femmes en danger, en les forçant à mener à terme des grossesses non viables, tandis que ses partisans assurent que cela évitera l’avortement de fœtus diagnostiqués avec une trisomie 21.
Il y a moins de 2 000 avortements légaux par an en Pologne – et la grande majorité d’entre eux sont effectués à cause de fœtus malformés. Mais les groupes féministes estiment que plus de 200 000 procédures sont réalisées illégalement, ou effectuées à l’étranger, chaque année.
Ce jugement a été condamné par plusieurs groupes de défense des droits de l’homme en Europe. Dimanche, des manifestants ont visé des églises catholiques dans toute la Pologne, une première dans ce pays à majorité catholique, membre de l’Union européenne. Les protestations contre la décision du tribunal doivent se poursuivre au cours des prochains jours, selon les organisateurs.


Pologne : le gouvernement cherche à sortir de l’impasse sur l’avortement

Après avoir fait descendre dans la rue plus d’un demi-million de personnes ulcérées par la menace d’une quasi-suppression du droit à l’avortement, le gouvernement polonais, dont la popularité a fortement chuté depuis dix jours, a renoncé à publier le jugement controversé. Il cherche manifestement une porte de sortie à la crise.

Par Catherine Chatignoux LES ECHOS Publié le 4 nov. 2020 à 13:41Mis à jour le 4 nov. 2020 à 15:20

Face à un mouvement populaire d’une ampleur inédite depuis la chute du communisme, le gouvernement polonais a décidé de ne pas mettre à exécution le jugement du Tribunal constitutionnel, qui revient à quasiment supprimer le droit à l’avortement dans le pays.

Si elle avait été publiée au journal officiel local avant le 2 novembre, la décision de cette cour constitutionnelle aurait conduit à prohiber la plupart des avortements, y compris en cas de grave malformation du foetus. N’auraient subsisté que les cas de viol et d’inceste ou lorsque la vie de la mère est en danger. « Il y a une discussion au sein du gouvernement et il est bon que l’on se donne un peu de temps pour dialoguer et travailler sur une nouvelle position », a déclaré, mardi sur une chaîne de télévision, Michal Dworczyk, le chef de cabinet du Premier ministre.

Les Polonais manifestent massivement pour défendre le droit à l’avortement

Les analystes se posent des questions sur la sincérité de ce report. Certains y voient une manoeuvre tactique pour éviter que les manifestations prennent de l’ampleur au moment où le gouvernement s’apprête à annoncer de nouvelles mesures de restrictions à la circulation contre la propagation du Covid-19 qui explose dans le pays. C’est l’avis d’Olgierd Annusewicz, politologue de l’Université de Varsovie. « Ce délai ressemble à une manoeuvre dilatoire, le gouvernement espère que les manifestantes vont se fatiguer. »

2.000 avortements légaux

Rien jusqu’ici n’a arrêté les manifestantes ulcérées par les intentions du gouvernement. Elles ont multiplié les marches de protestations depuis le 22 octobre, jour de jugement du tribunal, bravant les interdictions de rassemblement décrétées pour lutter contre le virus.
Lundi 2 novembre, des mouvements de femmes ont à nouveau bloqué les centres-villes de Varsovie, Lodz, Poznan ou Bydgoszcz. Et vendredi dernier, un défilé géant de plus de 100.000 personnes s’est tenu dans la capitale polonaise tandis que plus d’un demi-million de Polonais protestait dans tout le pays. Tous font valoir que derrière le chiffre officiel de 2.000 avortements légaux en Pologne chaque année, plus de 200.000 IVG sont réalisées illégalement ou effectuées à l’étranger et qu’il est nécessaire de libéraliser le système.

Le parti ultraconservateur Droit et Justice (PiS) de Jaroslaw Kascynski, qui est à l’origine de la requête auprès du tribunal populaire, a vu sa cote de popularité s’effondrer dans l’opinion publique depuis quelques jours. Il ne bénéficie plus que du soutien de 30,9 % de personnes interrogées, contre 40,5 % avant l’annonce du tribunal, selon un sondage réalisé pour le quotidien « Dziennik Gazeta Prawna ».

Un consensus autour du statu quo

Selon un autre sondage, pour le quotidien « Rzeczpospolita », plus de 70 % des Polonais souhaitent le départ du chef de PiS, Jaroslaw Kaczynski. Ce ne serait pas la première fois que le gouvernement recule sur cette question du droit à l’avortement
Le président de la République, Andrzej Duda, a proposé il y a quelques jours une nouvelle législation pour atténuer l’impact du jugement du tribunal et sortir de l’impasse politique mais, pour l’heure, la majorité des députés de la majorité et l’opposition libérale refusent ce compromis. La plupart des élus souhaitent le retour à la loi actuelle qui fait consensus dans le pays. Le sujet sera soumis à débat parlementaire à la mi-novembre

En attendant, les protestataires s’organisent et parmi leurs revendications figurent désormais outre le droit à l’avortement, le respect des droits des personnes LGBT, l’Etat laïque, la fin du financement public de l’Eglise et du catéchisme à l’école.


En Pologne, les femmes s’organisent pour contourner la loi sur l’IVG

AFP Publié le 31-10-20 à 15h22 – Mis à jour le 31-10-20 à 15h22

Le verdict du tribunal c’est comme si on nous « crachait au visage » lance Natalia Broniarczyk, militante féministe qui a connu l’avortement et qui aide aujourd’hui les Polonaises à contourner une des lois sur l’IVG parmi les plus strictes en Europe, qui vient encore d’être restreinte.
La semaine dernière, le Tribunal constitutionnel, réformé par le pouvoir ultra-catholique et se conformant à ses souhaits, a proscrit l’IVG en cas de malformation grave du foetus, statuant qu’elle est « incompatible » avec la Constitution.

« On pensait que la loi allait être restreinte, mais on ne s’attendait pas à ce que cela arrive en pleine pandémie (…) et qu’ils nous traitent, nous, nos vies et nos problèmes comme des objets, qu’ils veuillent nous enfermer à la maison, décider pour nous sans nous », explique cette femme de 36 ans qui a connu elle même, il y a sept ans, l’expérience de l’avortement.

« Je suis en colère. Lors du verdict, je me suis sentie comme si mon pays me crachait au visage. Je suis tombée en pleurs, impuissante ».
Et de parler de son expérience personnelle: « Il y a sept ans, je n’étais sûrement pas prête à fonder une famille, j’étais très malheureuse que ma vie allait changer. Je ne me sentais pas en sécurité du point de vue financier, je n’avais pas le sentiment que c’était le bon moment », se rappelle-t-elle.

« C’était en février, il faisait froid. Pourtant je rentrais de l’hôpital, le manteau à la main, car j’avais des sueurs chaudes et j’ai marché pendant sept kilomètres en réfléchissant à ce que je devais faire ».

Natalia a essayé de commander un pilule abortive à l’étranger mais les douanes polonaises ne laissaient pas passer les paquets.
« J’étais dévastée », se rappelle–t-elle. Elle n’avait pas non plus les moyens de partir dans une clinique à l’étranger.

Finalement, une organisation polonaise l’a aidée à se procurer la pilule. « La femme avec qui j’ai alors discuté avait fait l’avortement pharmacologique et m’a raconté comment cela s’est passé chez elle. Elle m’a aidée à me préparer à cela », se rappelle-t-elle. Elle ne regrette pas de l’avoir fait, même si elle a commencé à en parler seulement quelques années plus tard. « Avec la perspective, je me suis rendu compte que c’était pour moi une expérience libératrice car j’ai compris que je pouvais décider moi même de ma vie même si je vis dans un pays oppressif, que je peux en décider justement grâce à un réseau de soutien organisé par les femmes ».

Aujourd’hui, elle fait la même chose au sein de l’organisation Avortement Dream team et Avortement sans frontières. Elle aide les Polonaises à trouver les informations sur les endroits où elles peuvent se procurer les produits médicamenteux permettant de procéder à un avortement à leur domicile et qui n’est pas officiellement interdit par la loi. Elle aide aussi les femmes qui le souhaitent à recourir à une IVG en Allemagne, aux Pays bas ou en Angleterre.


Légendes photos

Pol1

People block traffic in the center of Warsaw during a protest against a decision by the Constitutional Court on abortion law restriction, Warsaw, October 26, 2020,

Pol2

People block traffic in the center of Warsaw during a protest against a decision by the Constitutional Court on abortion law restriction, Warsaw, October 26, 2020,

Pol3

People block traffic in the center of Warsaw during a protest against a decision by the Constitutional Court on abortion law restriction, Warsaw, October 26, 2020,

Pol4

A bare chested woman waves a smoke bomb as people block traffic in the center of Warsaw during a protest against a decision by the Constitutional Court on abortion law restriction, Warsaw, October 26, 2020

Pol5

A bare chested woman waves a smoke bomb as people block traffic in the center of Warsaw during a protest against a decision by the Constitutional Court on abortion law restriction, Warsaw, October 26, 2020,

Pol6

Demonstrators protest with banners and against tightening Poland’s already restrictive abortion law in Warsaw on October 28, 2020. Women in Poland walked off the job and hit the streets nationwide on October 28, 2020, the seventh straight day of mass protests over a court ruling to impose a near-total abortion ban in Poland.

Pol7

A woman holds a placard reading « Poland is a woman » as she attends a demonstration against the tightening of Poland’s already restrictive abortion law on October 28, 2020 in Warsaw. Women in Poland walked off the job and hit the streets nationwide on October 28, 2020, the seventh straight day of mass protests over a court ruling to impose a near-total abortion ban in Poland.

Pol8

A woman wears a face mask with a lightning bolt as she attends a demonstration against the tightening of Poland’s already restrictive abortion law on October 28, 2020 in Warsaw. Women in Poland walked off the job and hit the streets nationwide on October 28, 2020, the seventh straight day of mass protests over a court ruling to impose a near-total abortion ban in Poland.

Pol9

A railway car of the Mazovian Railway train from Deblin to Warsaw, painted black by graffiti artists with red lightning – a symbol of the Women’s Strike protests – is seen standing at the railway station in Warsaw, October 29, 2020. Poland has seen days of demonstrations against a highly controversial court ruling on abortion that has ignited angry protests across the country. The verdict would rule out abortions in all cases except rape and when the life of the mother is at risk.

Pol10

Tens of thousands take part in protest against against the tightening of Poland’s already restrictive abortion law in Warsaw on October 30, 2020.

Pol11

Tens of thousands take part in protest against against the tightening of Poland’s already restrictive abortion law in Warsaw on October 30, 2020.

Pol12

Tens of thousands take part in protest against against the tightening of Poland’s already restrictive abortion law in Warsaw on October 30, 2020.

Pol13

A woman holds a sign reading « You have blood on your hands » near military police and riot police officers standing guards in front of believers praying on the stairs of the Holy Cross Church as protesters take part in demonstration against tightening Poland’s already restrictive abortion law, in Warsaw on October 30, 2020. Thousands of people rallied in Warsaw and across Poland on October 30, defying government orders and risking coronavirus contagion to voice their anger at a court ruling banning almost all abortions. There were scuffles with far-right counter-protesters but the demonstration was mostly peaceful on the ninth straight day of protests since the court decision.

Pol14

Believers pray on the stairs of the Holy Cross Church as protesters take part in a demonstration against tightening Poland’s already restrictive abortion law, in Warsaw on October 30, 2020.

Pol15

Military police and riot police officers stand guards in front of believers praying on the stairs of the Holy Cross Church as protesters take part in a demonstration against tightening Poland’s already restrictive abortion law, in Warsaw on October 30, 2020.

Pol16

In this photograph taken on October 30, 2020, Polish feminist Natalia Broniarczyk addresses a pro-abortion rally in Warsaw, Poland. Polish feminist Natalia Broniarczyk cried when the Constitutional Court ruled in favour of further restricting the abortion law, already one of Europe’s most stringent, to allow almost no terminations.

Pol17

In this photograph taken on October 30, 2020, Polish feminist Natalia Broniarczyk poses in Warsaw, Poland. Polish feminist Natalia Broniarczyk cried when the Constitutional Court ruled in favour of further restricting the abortion law, already one of Europe’s most stringent, to allow almost no terminations.

Pol18

A police officer talks to a demonstrator holding flares as protesters take part in demonstration against tightening Poland’s already restrictive abortion law, in Warsaw on October 30, 2020.

Pol19

Police officers stand ready during clashes between right-wing extremists and participants of a march protesting against tightening Poland’s already restrictive abortion law, in Warsaw on October 30, 2020. Thousands of people rallied in Warsaw and across Poland on October 30, defying government orders and risking coronavirus contagion to voice their anger at a court ruling banning almost all abortions. There were scuffles with far-right counter-protesters but the demonstration was mostly peaceful on the ninth straight day of protests since the court decision.

Pol20

Protesters hold signs in front of the house of Jaroslaw Kaczynski, leader of Poland’s ruling Law and Justice party (PIS) as they take part in demonstration against tightening Poland’s already restrictive abortion law, in Warsaw on October 30, 2020.

Pol21

Demonstrators block a street during a demonstration against the tightening of Poland’s already restrictive abortion law on November 2, 2020 in Warsaw. Women in Poland hit the streets nationwide on November 2, the twelfth straight day of mass protests over a court ruling to impose a near-total abortion ban in Poland.

Pol22

Demonstrators block a street during a protest against the tightening of Poland’s already restrictive abortion law on November 2, 2020 in Warsaw. Women in Poland hit the streets nationwide on November 2, the twelfth straight day of mass protests over a court ruling to impose a near-total abortion ban in Poland.

Pol23

A police officer arrests a naked performer painted with words reading ‘Fuck You’ in front of the Presidential Palace in Warsaw during a happening against the ban of abortion in Warsaw, Poland, on November 3, 2020

Pol24

A topless FEMEN activist holds smoking flares as she stands on a vehicle during a protest at the Polish Embassy in Kiev on November 6, 2020, held in support of Polish women and their fight to secure their right to abortion.

Pol25

Demonstrators protest with placards against Poland’s near-total ban on abortion during a demonstration in Berlin on November 7, 2020.

Pol26

A demonstrator holds up a placard reading ‘Against Abortion ? Have a vasectomy’ during a demonstration against Poland’s near-total ban on abortion in Berlin on November 7, 2020.