RTL

TITRE : Logements sociaux : »L’Etat pourra reprendre aux maires la compétence des permis de construire », menace Emmanuelle Wargon

CHAPO : La ministre déléguée chargée du Logement a précisé, ce matin sur RTL, ses ambitions en matière de construction et de mixité. Et sa volonté de durcir le ton envers les villes récalcitrantes.

« On ne construit pas assez de logement sociaux en France. » Emmanuelle Wargon, ministre déléguée chargée du Logement, a martelé ce matin, au micro d’Alba Ventura sur RTL, la nécessité d’intensifier la construction de logements sociaux, « une des clefs », selon elle, pour « casser les ghettos ». « Il faut aller plus loin que les 100000 logements sociaux bâtis chaque année, et pour cela, nous allons augmenter les amendes pour les villes qui ne respectent pas la loi SRU et ses quotas de logements sociaux, telles Boulogne-Billancourt, Versailles, Toulon, Cannes, Royan ou Meyzieu. » Tout en nuançant pour les territoires où le manque de place empêche d’accélérer les projets immobiliers, elle appuie : « Les maires ne peuvent pas dire que le logement social, c’est bien, mais pas chez eux. »

Emmanuelle Wargon annonce dès lors que l’État aura la possibilité de reprendre la compétence de délivrance des permis de construire aux municipalités récalcitrantes, comme St-Maur. Elle met aussi en garde des maires, comme celui, écologiste, de Bordeaux, qui « disent vouloir freiner le nombre de permis de construire, sociaux ou non » : « En faisant cela, ils renvoient la construction en très grande périphérie et participe de l’étalement urbain. Il est possible de construire dense et vert en centre-ville. »

Selon Emmanuelle Wargon, la mixité est l’autre clef de la lutte contre la ghettoïsation. Et pour la favoriser, elle veut « faire appliquer la loi de 2017 qui impose 25% de foyers modestes dans les quartiers les plus favorisés, alors que ce chiffre plafonne à 15% ». Pour ce faire, elle compte s’appuyer sur les maires comme sur les bailleurs, principaux responsables selon elle de cette stagnation. Mais sans détailler les leviers à actionner.