Strasbourg Autoroute

Entre 2.300 et 3.000 personnes, selon la préfecture et les organisateurs, ont défilé samedi à Strasbourg contre un projet de contournement autoroutier de la capitale alsacienne, dont la construction doit débuter au 1er trimestre 2018.

Selon les manifestants, ce projet est « inutile » et « dévastateur » pour l’environnement.

Les opposants au projet GCO (« Grand contournement Ouest » de Strasbourg) – agriculteurs venus sur des dizaines de tracteurs, militants d’Europe-Écologie-Les Verts (EELV), de La France Insoumise (LFI) et plusieurs maires de communes situées sur le tracé prévu de l’autoroute – ont défilé derrière une banderole: « Pour un avenir sans GCO ».

« GCO non merci ! », « Hulot, du culot », pouvait-on lire sur des pancartes, enjoignant le ministre de l’Écologie à prendre position sur le projet. Des manifestants étaient en costumes d’animaux ou coiffés de bonnets phrygiens.

« Le prix à payer est beaucoup trop élevé pour notre environnement », a dit à l’AFP Stéphane Giraud, président de l’association Alsace Nature. « On demande un moratoire au gouvernement », a-t-il affirmé.

Le projet GCO -évoqué dès les années 1970, régulièrement abandonné avant d’être relancé à la fin des années 1990- a pour but de délester l’autoroute A35, régulièrement engorgée, en absorbant le trafic du nord au sud de l’Alsace.

Le gouvernement a concédé début 2016 à Arcos, filiale du groupe Vinci, la construction de cette rocade de 24 km, qui sera payante.

Ce chantier de 550 millions d’euros a pris du retard sous la pression constante d’opposants qui multiplient manifestations et recours juridiques. Initialement, Vinci évoquait une date de mise en service à l’automne 2020, mais un report est de plus en plus probable.

En juillet, les experts du Conseil national de protection de la nature ont rendu un avis défavorable. Cet avis a entraîné le report de l’enquête publique préalable au démarrage des travaux autoroutiers, initialement prévue à la fin de l’été 2017.